Vous êtes ici: Chasse à courre _ Le Cerf

L'attaque.

« Un cerf bien attaqué est un cerf pris »: ce dicton appelle des réserves, mais une attaque précise et rapide épargne aux cavaliers l'ennui de l'attente et améliore les chances de prise.
Nous allons envisager successivement les cas élémentaires qui peuvent se présenter.
1_ Un renseignement frais donne un cerf par corps dans une enceinte voisine. On peut alors découpler de meute à mort presque à vue. L'attaque est immédiate et oblige le cerf lancé à prendre parti - probabilité de chasse rapide et sans défauts, le cerf surpris manquant de marge pour ruser. Mais ce cas « limite » participe d'une chance fortuite sur laquelle il ne faut pas compter.
2_ L'un des valets de limier rapporte qu'il a brisé une voie chaude de cerf, seul, qu'enveloppant l'enceinte il ne voit - et son chien ne lui donne - aucune voie sortante. Il est probable, comme nous l'avons dit, que le cerf est resté dans l'enceinte à la reposée, toujours seul.
On placera la meute (les hardes) en un carrefour raisonné, et si possible sous le vent de la refuite, les cavaliers se disposeront autour de l'enceinte d'attaque, en observation silencieuse, pour ne pas empêcher le cerf de sauter, puis on découplera à la brisée (on dit parfois frapper aux branches) quelques chiens nommés rapprocheurs, quatre, six ou huit.
Les rapprocheurs sont des chiens vieillis, calmes, mais de fin nez et capables de redresser une voie haute de plusieurs heures. Le piqueur qui donne à courre les accompagne dans l'enceinte en encourageant leur quête (Ça rapproche !) et en sonnant des tons de quête. Ces rapprocheurs redresseront laborieusement la voie du cerf et, si effectivement il n'a pas vidé l'enceinte, le mettront debout de surprise, le lanceront d'effroi. Si l'enceinte est vaste, le cerf y travaillera d'abord plus ou moins longtemps, mais finira par franchir une des allées qui la délimitent. Les veneurs en observation devront aussitôt juger, si faire se peut, la tête de l'animal, accourir au galop, sonner la vue, sonner la tête et fouailler fermement, mais sans brutalité, pour arrêter les rapprocheurs (Arrête! Arrête!). Les chiens, au fait de leur tâche, mettront bas sagement. On sonnera des appels aux hardes. On peut aussi sonner le bel 'Appel fanfaré des maîtres', suivi de sa 'Réponse'. Si la meute est hors de portée de son de trompe, un cavalier ira l'alerter au galop. Il faut faire vite, quoiqu'il n'y ait guère à craindre une grande refuite du cerf, qui, après sa première surprise et n'entendant plus les chiens, n'ira pas loin, le risque est qu'il recherche le change.
La meute arrive, en général trente-six ou quarante chiens, tenus par trois ou quatre valets de chiens à pied, par harde de douze ou dix. C'est alors le découplé. Les traits sont rapidement noués à des baliveaux. Les valets de chiens découplent les chiens pendant que le premier piqueur, cape à la main, s'avance sur la voie, sous bois. (Eviter le découplé en plaine: le sentiment de la voie y est dilué.)
Le risque, au découplé, est qu'une partie de la meute (la jeunesse) prenne le contre au lieu du droit, il est donc important que le piqueur appelle les chiens le long de la voie fuyante.

Rallye Saint Louis en forêt de Chinon


On sonnera le Lancé et la fanfare de l'équipage.
Le découplé constitue un bel épisode d'une chasse à courre, animé par l'ardeur des chiens frais, leurs récris quand ils empaument la voie, les fanfares, le plaisir des hommes auquel s'ajoute l'impatience des chevaux.
3_ Le meilleur rapport de valet de limier donne une harde avec un ou deux cerfs à tête ou courables, et des biches.
Ici, c'est toute la compagnie qui sera mise sur pied et se fera chasser par les rapprocheurs, avant que se déharde un cerf. Une observation attentive est nécessaire. Si, par chance, le meilleur cerf se déharde, emmenant les rapprocheurs, il faut dès que possible procéder comme ci-dessus, après avoir laissé le cerf échauffer sa voie et surtout s'éloigner de la compagnie. Si les rapprocheurs déhardent plusieurs cerfs et laissent les biches dans l'enceinte, on peut soit découpler sur les cerfs ensemble, soit au contraire attendre qu'il n'y ait plus qu'un seul cerf devant les rapprocheurs. C'est une question de circonstances, d'heure, de saison, de coutume ou de tempérament. Si les rapprocheurs se divisent, il est bon de tout arrêter - quand on le peut -, de confronter les renseignements et de découpler sur le plus beau cerf.
4_ Au cas où le rapport est maigre ou nul, et qu'on peut seulement conjecturer, de façon imprécise, la présence d'animaux dans une enceinte, on peut fouler à la billebaude, avec une vingtaine de chiens, pour faire paraître ou faire bondir. Le risque est de mettre tout le change sur pied et de voir en fin de saison les chiens harpailler des biches. Cela arrive dans les forêts vives en animaux. On s'efforcera de fixer une chasse en ralliant sur le gros des chiens, ce qui constitue une règle de vènerie stricte. La notion sportive de trophée peut cependant apporter une atténuation exceptionnelle à cette règle, si, à l'attaque ou tout au début d'une chasse, un lot de chiens, quoique le moins nombreux, chasse un très beau cerf, et les autres un animal médiocre, on ralliera tout sur le grand cerf.
La difficulté, nous venons de le dire, sera d'arriver à s'entendre sur un cerf de meute défini et à maintenir sa voie. Si l'un des cerfs chassés prend parti et semble vouloir fuir loin et seul, s'éloignant des enceintes peuplées, c'est cette chasse-là qu'il faudra appuyer.
En règle générale, lorsque de nombreux animaux sont réunis et qu'on en a connaissance, il vaut mieux attaquer dans le vif des animaux pour arriver à en déharder un que sa refuite éloigne du change.